Les carnets de Roger

Qu’est-ce qui fait que notre cerveau retient un cours?

Pourquoi mémorise-t-on certaines infos et pas d’autres ? Une question qui se pose depuis des siècles !

Pendant longtemps on a pensé que la récompense ou la sanction permettait à l’élève de retenir sa leçon : on sait désormais que c’est faux. On retient l’émotion que nous avons eu et la leçon elle, est aussitôt oubliée !
En fait notre cerveau est très terre à terre. Il va retenir les informations qui vont lui servir. Le reste, il va l’effacer sans nous demander notre avis sur la question.

Là où l’étudiant a le choix et peut donner le signal à son cerveau d’enregistrer les cours, c’est sa motivation. “J’aime telle ou telle matière”, “j’en ai besoin pour faire le métier que je souhaite”, “je fais partie d’un groupe d’amis avec qui nous partageons telle passion”…

En plus de la motivation, la mémorisation est aussi fortement aidé par la présence autour de soi d’une personne modèle, d’un professeur le plus souvent, qui nous inspire et nous conforte dans nos aspirations. C’est ainsi qu’on apprend qui on est et surtout ce que l’on veut pour donner du sens à sa vie.

Bien souvent tout va trop vite dans les temps scolaires et les notions à apprendre sont trop nombreuses. Terriblement vrai en maths, impossible d’apprendre dans de bonnes conditions même si l’on est doué !

L’idéal serait de donner pas à pas les clés de compréhension et de rendre plus concret les mathématiques. Souvent le prof expose trop directement à ses élèves le problème et dans la foulée la solution. Brutal pour notre cerveau, on ne retiendra rien de la leçon puisque cette option donne au cerveau un signal renforçant l’inutilité de l’information associé à une situation stressante. Le résultat est une mise en situation d’échec personnel.

Finalement, la seule méthode universelle qui permet d’assurer la compréhension passe par la confiance en soi. C’est pour cela qu’en tant que professeur j’ai cherché la meilleure méthode au monde. L’évidence est venue de la méthode de Singapour qu’il me fallait adapter aux lycéens. L’idée majeure est de donner toutes les clés au fur et à mesure pour que tous les élèves comprennent et arrivent avec un certain bagage à la résolution finale du problème.

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

* La méthode de Singapour est mondialement reconnue pour ses résultats à l’école primaire.
Résultats PISA édition 2018 : L’enseignement des mathématiques à Singapour affiche 569 points, pour une moyenne OCDE de 489 (contre 495 en France).

* Extrait de « La confiance en soi – Une philosophie » de Charles Pépin

« Tout parent, tout maître, tout professeur, tout ami au sens d’Aristote, devrait avoir sans cesse à l’esprit cette double manière de donner confiance : d’abord mettre en confiance, ensuite faire confiance. »

* Extrait de « Construire la confiance en soi à l’école » de Cécile Foussard 
« Croire en soi, c’est être capable de transformer ses faiblesses en atouts et affronter ainsi l’avenir avec plus de sérénité. C’est se sentir utile, développer des projets afin de se construire une confiance authentique, profonde et durable. »